Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

29/11/2012

L’Antarctique, un endroit idéal pour trouver des météorites

antarctique.jpgDu 3 décembre au 12 février 2013, des chercheurs belges iront collecter des météorites en Antarctique. L'Espace des Sciences a interrogé Vinciane Debaille (ULB) qui mène cette expédition.

Les météorites recèlent d'informations sur la formation et l'évolution du système solaire et de ses planètes, d'où tout l'intérêt de les collecter. Plus de 800 de ces roches ont déja été ramenées de la région des Sør Rondane Moutains grâce à une collaboration belgo-japonaise. Cette année, l'équipe belge espère bien trouver des morceaux venus de la Lune et de Mars.


 Vous avez choisi de vous rendre sur le champ de glace de Nansen, au sud de la station Princesse Elisabeth.  Quel est l'intérêt de cet endroit pour la collecte de météorites ?

 Tout d'abord, nous avons choisi l'Antarctique car les météorites sont bien visibles sur la glace blanche. Il n'y en a pas plus qui y tombent. Par contre, celles qui échouent ici sont incorporées dans les glaciers et voyagent ensuite avec eux jusqu'à la mer, sauf si la masse de glace croise un obstacle. Dans ce cas, le glacier bute contre cet obstacle et prend un mouvement vertical. Le vent vient alors éroder cette glace qui va diminuer petit à petit alors que les roches extraterrestres restent là. C'est ce qui se passe sur le champ de glace bleue de Nansen. On a donc une concentration de météorites de plusieurs milliers de kilomètres carrés qui se retrouve dans cet endroit particulier.

La recherche de météorites est-elle possible dans d'autres endroits sur Terre ?

Oui. Typiquement les deux endroits privilégiés sont les déserts chauds et les déserts froids car une roche posée sur le sable est très facile à voir, comme sur la glace. L'avantage de l'Antarctique est donc bien cette concentration en météorites.

 L'Antarctique n'est pas connu pour son climat tempéré, bien au contraire... Quelles seront vos conditions de travail ?

 Ce sera un petit peu rude. On sera à 3.000 mètres d'altitude ce qui veut dire que, même en été, on a des températures de -15°C. Mais le problème c'est vraiment le vent qui souffle très fort à environ 50km/h en moyenne avec des rafales plus fortes que cela. On a donc ce que l'on appelle le « facteur vent » à cause duquel la température ressentie est beaucoup plus froide que ce qu'elle n'est vraiment. Elle sera de l'ordre de -35 à -40°C.

 Lorsque les conditions vous seront favorables. Comment procéderez-vous pour rechercher ces météorites ?

Ce sera simplement une battue. Le matin, on regardera dans quelles zones chercher, puis on se mettra en ski-doo (ndlr: une moto-neige) à environ 25-30 mètres l'un de l'autre et on avancera. On s'arrêtera pour ramasser les météorites que l'on trouvera sur notre chemin. On prendra également toutes les données GPS des lieux où on a trouvé des météorites afin de savoir où chercher le jour suivant.

station princess elisabeth,antarctique,champ de glace bleue,nansen,météorites,vinciane debaill

Un ski-doo arrété à coté d'une météorite

Les expéditions précédentes ont été un succès. Et cette année, qu'espérez-vous trouver ?

Typiquement, on trouve 80 à 90% de météorites que l'on appelle des chondrites, des météorites primordiales qui nous renseignent sur l'âge du système solaire et les conditions qui ont régné à ses débuts. Les 10% restants sont des météorites plus rares qui viennent d’astéroïdes et de planètes, Mars notamment, et de la Lune. On a environ 0,10% de météorites qui viennent de Mars et de la Lune. Même si statistiquement on en trouve beaucoup moins, c'est clair que l'on espère en dénicher.

Comment ces météorites martiennes et lunaires ont-elles pu arriver sur Terre ?

C'est simplement parce qu'une météorite est tombée sur la surface de Mars ou de la Lune. Se faisant, celle-ci a éjecté du matériel qui a ensuite voyagé dans l'espace et puis a croisé l'orbite terrestre.

Étant donné que les météorites peuvent tomber partout sur Terre, n'importe qui peut-il contribuer à la recherche en collectant lui aussi des météorites ?

Tout à fait car on peut en trouver dans son jardin. Le seul problème, c'est que les météorites sont assez peu résistantes à l'altération terrestre (la pluie, le vent, etc.) Généralement ces roches sont très riches en fer, elles rouillent donc très rapidement. Un avantage supplémentaire de l'Antarctique, c'est d'ailleurs qu'elles y sont préservées, comme « mises au frigo ». Elles subissent ainsi moins l’altération terrestre.

Interview réalisée par Leslie Berdelou

Images: Reporters, ULB


Complément d'informations:

- Le blog de l'expédition

Les commentaires sont fermés.